Le processus

Faire sens, une intention en création, par ce que je suis au moment présent dans l’espace privé comme dans l’espace public. Laisser surgir ce qu’il y a à surgir pour dévoiler l’intime. L’œuvre me révèle et me dévoile à l’autre et elle est ainsi empreinte de ce qui m’habitait au moment de sa réalisation.

Par diverses manières de faire, que sont des ancrages et zones de confort, je plonge pour sonder les profondeurs du moi afin d’aller à la rencontre de l’inconnue. Bricoler pour retrouver l’enfant; activité manuelle de l’enfance qui est toujours présente dans la manière de «faire des objets». Butiner pour en savoir toujours davantage; explorer et découvrir. Accumuler pour créer une densité; avoir pour intention l’addition de plusieurs éléments dans plusieurs projets dans le même espace temps et l’addition de plusieurs micro-gestes en performance. Ponctuer le temps par conscience du temps qui passe; inscrire dans le temps et la durée les projets réalisés au quotidien.

S’ajoute la dérive qui se manifeste concrètement par la déambulation; le corps et l’esprit en mouvement. Je suis engagée par la pensée et l’action dans cette pratique de dérive. Une manière de vivre et penser l’art librement au quotidien.

Il y a aussi la présence des mots. Le mot qui, intentionnellement au quotidien, surgit et que j’inscris. Et le mot qui prend sa place dans une installation. Et le mot, intention en performance, qui en fait surgir d’autres pour se faire entendre. Et, enfin, il y a la nécessité de noter, revisiter, décontextualiser, réinscrire, classer et conserver les mots qui volontairement surgissent. Une collection vivante de mots pour les mettre à l’abri des effets du temps, préservant ainsi la mémoire et le souvenir. Une conscience aigüe de la précarité de ce qui est.

Un processus qui me fait passer en toute liberté d’une pratique à l’autre sans m’identifier à une discipline en particulier. Ainsi, performance, dessin, photographie, arts textiles et écriture sont des pratiques qui se rejoignent et s’enchevêtrent avec fluidité.

Faire sens afin de rechercher et découvrir ma singularité. Par la création, je passe d’un espace temps à l’autre, tisse des liens, laisse des traces et fais et passe la mémoire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s